Sucre

Publié le 27 Novembre 2015

Sucre

Autant vous dire que pour arriver à Sucre le trajet a été plutôt salé ! Retournons pour le moment à Torotoro où nous décidons de nous préparer tôt sachant qu’il y a de la route. Nous prenons notre petit déj habituel au marché du village et réservons dès 8h30 notre place pour le mini van de retour ; là les ennuis commencent car il n’y a que nous d’inscrits et en Bolivie le véhicule doit être plein pour partir… S’en suit une longue attente où chaque personne qui s’approche du mini van est un espoir ou une déception (il faut 10 personnes au total)… A midi le compte est bon, nous partons, la route est la même qu’à l’aller, je devrais plutôt parler de piste d’ailleurs, on rebondit dans tous les sens, on passe des petits ruisseaux etc. On arrive à Cochabamba 5h plus tard, on rejoint le terminal de bus et on réserve à la hâte le bus de nuit pour Sucre. On improvise une salade de fruit dans la gare avec ananas frais, mangues juteuses, bananes, pommes, un délice et enfin un peu de douceur dans cette journée. Heureusement car au vu de ce qui nous attend un réconfort n’est pas de trop. Effectivement nous montons dans le bus et l’horreur commence, une cinquantaine de cafards défilent sous nos pieds et à coté de nos têtes, les Boliviens nous précisent d’y faire attention car ils piquent et provoquent de belles allergies, c’est une nuit qui s’annonce charmante. On tente de les tuer mais ça galopent vite ces petites bêtes là. A cela s’ajoute un évènement sympathique : devant nous se trouve une jeune femme et sa petite fille d’à peine un an, elle lui prépare biberon sur biberon d’une sorte de fanta local, alors avec une route chaotique arrive ce qui devait arriver : un superbe vomito en jet qui nous laissera une odeur spectaculaire pendant tout le voyage. Je ne parlerai pas du papi à côté de moi qui dort comme un loir et empiète sans scrupule sur mon siège. Finalement nous arrivons à Sucre sain et sauf mais à 4h du matin au lieu de 7h… La ville dort, rien n’ouvre avant 9h alors que nous rêvions secrètement d’un petit déjeuner des plus copieux. Bref nous attendons patiemment que la ville se réveille sur la place principale. Notre calvaire prend fin lorsque nous trouvons un charmant hôtel avec salle de bain, petit jardin, cuisine à dispo, le tout sous un soleil radieux. Une petite sieste et nous oublions déjà cette nuit désastreuse pour découvrir cette ville très chaleureuse, d’un style colonial, elle nous invite à une jolie balade.

Pour notre deuxième jour nous avons rendez-vous à 9h30 à la Casa de la Libertad pour une visite en Français sur l’histoire de la Bolivie dans une belle demeure coloniale. C’est un choix que nous ne regrettons pas car cela nous a aidés à mieux cerner l’enchaînement des événements politiques de la Bolivie. Ensuite nous nous promenons dans le parc Simon Bolivar où trône une mini tour Eiffel réalisée par Mr Eiffel lui-même. II fait 27 degrés et les décorations de Noel sont en train d’être installées, on a du mal à se mettre dans l’ambiance, on est loin des marchés de Noël et du vin chaud. Nous visitons également le couvent de San Felipe de Néri actuellement transformé en collège pour filles, il fait aussi office de musée où les étudiantes revêtent le costume de guide, une visite très intéressante et une architecture magnifique dotée d’un joli point de vue sur la ville. Par la suite nous montons voir la Recoleta (un couvent toujours en fonction) avec une guide qui nous aura expédiés en 30 min, rien de très intéressant si ce n’est l’arbre le plus vieux de Bolivie qui selon les croyances offre un mariage à celui qui commence son tour par la gauche et trois vœux à celui qui fait le tour par la droite. Antoine a commencé par la gauche…

Sucre est une ville où l’on se sent bien, elle nous rappelle Cuzco. Il y fait beau, on fait le plein de petits restau délicieux, pour la première fois on s’accorde un goûter dans la meilleure chocolaterie de la ville : chocolat chaud et tarte au chocolat (kiffant). Dommage que mes soucis de santé ne me laissent aucuns répits.

Rédigé par Lucie

Publié dans #Bolivie

Repost 0
Commenter cet article