L'île Chiloé

Publié le 31 Janvier 2016

L'île Chiloé

Nous partons pour l’île Chiloé soit douze heures de traversée qui débutent sous le soleil, la vue est très belle et l’allure du ferry nous permet d’en profiter tranquillement. Chiloé c’est la 2ème plus grande île du Chili, elle appartient à la région des lacs. Elle est réputée pour ses nombreuses églises en bois classées au patrimoine de l’Unesco, ses maisons colorées sur pilotis (palafitos), ses ports de pêches, sa culture culinaire et son artisanat. Elle arbore un beau mélange entre histoire et tradition. On y trouve une atmosphère assez douce où l’on se sent bien. Tout paraît paisible et pourtant en creusant un peu on saisit l‘ambivalence qui y règne : la solidarité de la population face à la dureté de la vie d’insulaire face au climat (pluvieux et venteux), à la vie en mer, au passé, qui a laissé des traces indélébiles comme le séisme et le tsunami de 1960 qui ont ravagé le village d’Ancud.

La traversée passe plutôt rapidement, en fin de soirée le temps s’assombrit et nous voilà dans une brume épaisse assez mystérieuse. Comme prévu à minuit nous débarquons et allons dormir dans un petit hôtel face au port de Quellon avec Lili et Guilhem. Le matin nous prenons un bus direction Castro situé au centre de l’île. C’est un petit port de pêche très coloré grâce à ses nombreuses maisons sur pilotis. La tradition veut qu’ici lorsqu’on déménage on déplace sa maison, tout le village s’y colle et après c’est l’occasion de faire une grande fête. L’après-midi nous partons sur une petite ile qui fait face à Castro où nous nous promenons et dégustons une paella de la mer (soupe de poisson). On sent que c’est un lieu vivant, les bateaux se préparent à repartir en mer, les femmes vendent pull et écharpes en laines, les enfants courent sur le sable. On flâne tous les quatre et on se laisse tenter par les spécialités locales : tarte aux citrons meringuée et curanto (c’est un plat à base d’énormes fruits de mer, de saucisse, de poulet, de pommes de terre garnies, le tout est cuit dans un trou dans la terre).

Le lendemain il est temps de quitter nos compères qui repartent pour le nord du Chili non sans s’être promis d’aller gouter leurs vins à Barcelone. Nous, nous partons au parc National de Chiloé pour une balade sur la côte, tout commence bien, nous rejoignons la plage grâce à un petit sentier agréable. Néanmoins nous faisons la découverte des « tavanos », un insecte entre la mouche et le bourdon qui fait un « zzzzzzz » terrible pour nos pauvres oreilles et qui vous fonce dessus et vous piquent. Un ça passe encore mais 25 autour de chacun de nous ça rend fou, on enfile nos manteaux et on fait demi-tour en courant, en criant, mais c’est peine perdue, ils ne nous quittent plus ! On apprendra plus tard que porter des couleurs sombres et gesticuler les excitent… dans le mille…

Nous remontons ensuite vers Ancud, un village situé au Nord de Chiloé, il possède également son petit port de pêche et un joli fort. Nous nous baladons et apprenons que nous tombons en pleine fête du folklore et de la gastronomie, il n’en fallait pas plus pour nous séduire. Ce sera pour nous l’occasion de découvrir le deuxième sport le plus populaire du Chili : le rodéo (deux cavaliers en habits traditionnels doivent parvenir à stopper la course d’un veau en l’encerclant et le faire s’arrêter selon des critères que nous n’avons pas encore bien cernés). Nous avons également pu voir chants et danses chilotes mais surtout nous avons pu déguster d’énormes brochettes de viandes cuites au barbecue, des empanadas, du milcao (pomme de terre garnie cuite au four) et des délicieuses tartes sucrées! Tellement conquis, nous y sommes retournés le lendemain après avoir fait une balade en bateau pour voir les pingouins sur des îlots. Pingouins de Magellan et de Humboldt cohabitent durant plusieurs mois avant de s’exiler vers des eaux plus chaudes.

En définitive nous aurons passé 4 jours à Chiloé où nous aurons bien profité des paysages sauvages, de la culture et des traditions de l’île sous le soleil, ce qui, si nous avons bien compris est assez rare.

Rédigé par Lucie

Publié dans #Chili

Repost 0
Commenter cet article