L'Île de Pâques [1/2]

Publié le 19 Février 2016

L'Île de Pâques [1/2]

Nous quittons l’Amérique du Sud pour l’Océanie. Pour cela 5 heures de vol suffisent et elles passent vite car entre les moments repas, le grand choix de films récents et les pauses siestes, on ne voit pas le temps défiler. Nous retrouvons à l’aéroport une famille française rencontrée en Bolivie que nous croisons régulièrement dans notre périple, ils ont réservé les mêmes avions que nous jusqu’à la Nouvelle Zélande, heureux hasard.

Nous arrivons sur l’île de Pâques en début d’après-midi, ayant perdu deux heures au passage par rapport au Chili. L’ile de Pâques ou Rapa Nui est l’île la plus isolée du monde, 4000 km de Tahiti et 3600 km du Chili. Elle appartient au triangle polynésien formé par Tahiti, la Nouvelle Zelande et l’île de Pâques. Nous avons la chance d’arriver au moment de la fête traditionnelle Tapati où les Pascuans renouent totalement avec leurs traditions : épreuves sportives, chants, danses, défilés sont au programme, cela aboutit à l’élection de leur nouvelle reine. Nous l’avons su peu de temps auparavant mais nous avions pu réserver un camping avant que tout soit complet. A l’aéroport on nous attend donc avec nos noms sur un petit panneau et un collier de fleurs de bienvenue, on prend alors conscience du changement qui opère entre île et continent.

On s’installe tranquillement puis nous partons nous balader sur le port de la seule ville de l’île. On voit nos premiers Moais, ces célèbres statues taillées dans la roche volcanique, qui font entre 2,5 m et 9 m et dont on ne sait encore pas grand-chose aujourd’hui, compétition entre clan ? culte religieux ? Toujours est-il qu’on pense que cela aurait nettement appauvri les ressources en bois de l’île (pour le transport des statues) allant jusqu’à la quasi disparition de ses occupants.

Le lendemain on part à pied pour découvrir le volcan Rano Raraku dont le cratère est comblé par un lac, c’est très joli surtout qu’on peut apercevoir derrière, le pacifique. A côté de ce volcan on trouve le site d’Orongo d’où on a une vue imprenable sur l’île. Il s’agissait d’un lieu destiné au culte religieux et notamment à la cérémonie de l’ « homme-oiseau ». Ce concours avait lieu une fois par an, l’objectif était d’être le premier à ramener un œuf d’oiseau après avoir descendu la falaise et nagé 2 km jusqu’au Motu Nui. Le gagnant était élu pour un an et devenait l’arbitre des conflits entre clans. C’est sur ce site mythique que nous rencontrons Laura et Guillaume, un couple de Français partis pour un tour du monde de 10 mois. Eux ayant commencés par l’Asie nous nous croisons au milieu de nos périples. out de suite le feeling passe, nous passons deux heures à discuter sans nous en rendre compte. Nous projetons donc de passer du temps ensemble, les sujets de conversations fusent et on se découvre plein de points communs. Le soir nous nous retrouvons pour le défilé des tribus, chaque tribu se peint le corps et arborent des décorations plus impressionnantes les unes que les autres puis un décompte est effectué permettant de désigner la tribu la mieux représentée. Après, tous défilent au rythme des chants et danses traditionnelles jusqu’à la scène où est prévu un spectacle de danses polynésienne. C’est très animé et vivant, on se sent au plus proche de leur culture, le défilé se termine par un énorme aka dont le souvenir nous laisse encore des frissons.

Le troisième jour nous partons pour une nouvelle balade à pied à la rencontre des Moais, nous commençons par longer la côte, les paysages sont arides et l’océan pacifique toujours aussi agité. L’aspect sauvage de l’île prend toute sa dimension. Les Moais sont impressionnants et plutôt bien conservés malgré l’érosion, une certaine sagesse s’y dégage et nous laisse imaginer l’immensité du travail accompli pour ériger de telles statues. Les km s’accumulent sous une chaleur écrasante et heureusement nous trouvons des personnes pour nous ramener en ville en voiture. Les premiers coups de soleil apparaissent et on comprend qu’ici le soleil ne plaisante pas…

Rédigé par Lucie

Publié dans #Île de Pâques

Repost 0
Commenter cet article