Auckland

Publié le 14 Mars 2016

Auckland

Auckland, capitale économique de la Nouvelle-Zélande, est la porte d’entrée de la majorité des étrangers venant visiter la terre du Seigneur des Anneaux. Nous ne dérogeons pas à la règle et arrivons de Polynésie après 5 heures de vol mais un jour de plus. Nous venons en effet de franchir le fameux fuseau horaire +12h, -12h. Nous sommes impatients de découvrir ce pays que Guillaume et Laura nous ont tant décrit… surtout après s’être bien reposés en Polynésie. On a d’ailleurs bien failli y rester un peu plus, Air Tahiti Nui notre compagnie pour ce vol, étant incapable de retrouver nos billets. Nous avons finalement embarqué en dernier après une heure d’attente et une belle montée de stress.

Dès l’aéroport, nous retrouvons très vite les marqueurs de la culture anglophone, on roule à gauche, on parle anglais et les enseignes mondialement connues sont partout. Il va vite falloir se réadapter après 4 mois de culture hispanique, mais cela nous plaît, on a presque l’impression de recommencer un nouveau voyage.

Pour cette première escale, nous dormons chez Maddy et Kimberly qui possèdent un très bel appartement dans le centre d’Auckland. A peine arrivés, nous partons à la découverte de la ville et de ses nombreux parcs. La ville nous semble agréable à vivre avec son port et son ouverture sur la mer. Il y a beaucoup de cafés où les employés viennent boire un verre à la sortie du bureau. L’ambiance est très cosmopolite et le dynamisme de la ville palpable.

Après une journée sur l’île de Waiheke à 35 minutes de ferry d’Auckland (qui fera l’objet d’un article à part entière), nous partons lors de notre dernière matinée pour une randonnée urbaine nous faisant passer par différents points d’intérêt. Nous découvrons entre autre le mont Eden et la « one tree hill », deux volcans endormis sur lesquels ont été battis Auckland. De là, nous avons une vision panoramique sur la ville, aussi bien son centre que sa banlieue. On constate que la ville est très verte et aérée malgré le 1,4 million d’habitants. Pas de barre d’immeuble ni ne construction disgracieuse mais des maisons privés toutes plus impressionnantes les unes que les autres. Nous sommes dans un pays riche et cela se ressent nettement.

Il est maintenant l’heure d’aller chercher notre voiture de location pour pouvoir découvrir librement le reste de ce pays qui s’annonce fabuleux.

Rédigé par Antoine

Publié dans #Nouvelle-Zélande

Repost 0
Commenter cet article