Darwin

Publié le 12 Mai 2016

Darwin

Nous arrivons en milieu de soirée à Darwin après un vol de deux heures qui nous aura offert un coucher de soleil à couper le souffle. Nous avons réservé une nuit dans un backpacker et en arrivant on retrouve le trio gagnant : bar avec musique à fond, piscine surbondée et fêtards à gogo, le tout sous la fenêtre de notre chambre. Antoine ne tarde pas à m’apprendre que nous changeons de logement demain (nous sommes le 1er mai et il m’a réservé une surprise pour mon anniversaire).

Le lendemain matin alors que la tribu s’endort à peine après une nuit de fiesta, nous partons à la fraîche nous balader sur les docks, l’esplanade et le centre-ville. C’est très agréable et on constate encore une fois que les quais sont très bien aménagés. En début d’après-midi la chaleur devient difficilement supportable, nous prenons nos sacs et partons pour la surprise !

Il s’agit d’un hôtel appartement idéalement situé. A l’arrivée cerise sur le gâteau on apprend qu’on a été surclassés. On découvre les yeux ébahis un appartement de 70 m² avec un grand balcon dont la vue donne sur le port, deux chambres, deux salles de bain, un grand salon et une cuisine aménagée. Au hasard d’un placard, l’objet de toutes nos convoitises apparait… une machine à laver. Cela fait deux mois et demi que nous n’avons pas passé nos affaires à la machine et je peux vous dire que c’est la première chose que nous avons fait (et oui maman je commence à te ressembler). Ensuite nous enfilons les maillots et partons lézarder sur les transats et profitons de la piscine. Le soir nous assistons à un superbe coucher de soleil sur la plage de Mindil.

Le 2 mai je fête mes 26 ans, j’extirpe Antoine du lit au lever du soleil pour aller courir sur le port, les couleurs sont magnifiques, cette nouvelle façon de découvrir les villes me plait beaucoup (Antoine vous dira que j’essaie de le tuer mais non j’entretiens sa forme physique). Après une bonne douche nous partons prendre un petit déjeuner au restaurant de l’hôtel (il n’y aura de petit que le nom). Tout est trop bon et donne envie, on ne résiste pas à une assiette de sucrée et une de salée. La journée se partage entre piscine, séries, cookies et bonbons. Le soir, pour la première fois depuis des lustres nous partons dans un pub prendre l’apéro et nous allons diner dans un très bon restaurant sur les quais. Une journée idyllique que je ne suis pas prête d’oublier.

Le 3 mai : une journée radicalement différente !! Nous avons déjà du mal à sortir du lit à 8h pour récupérer une voiture de location pour les trois derniers jours. Une fois à l’agence Europcar, on refuse de nous laisser la voiture car nous n’avons pas imprimé le bon de réservation (nous n’avons pas pensé à emporter notre imprimante pour le tour du monde). On a beau lui montrer le format pdf sur notre pc elle refuse et n’a rien dans l’agence pour imprimer depuis notre pc. Antoine est au bord de la crise de nerf, nous repartons et trouvons du wifi dans une banque pour lui envoyer le fichier. Nous rentrons juste à temps pour profiter du petit déjeuner, ouf ! A 11h il est temps de prendre la route en direction du parc national de Litchfield. 1h30 plus tard nous nous arrêtons sur le premier site : des termitières de plus de deux mètres de haut dans un décor aride où la terre ocre est prédominante. C’est impressionnant mais nous ne pouvons pas nous approcher, seulement une petite passerelle permet d’avoir un point de vue global. Ensuite nous partons pour des cascades où nous en profitons pour manger nos petites salades, il y a foule, beaucoup de touristes viennent s’y rafraichir. On met donc du temps à trouver un endroit propice pour piqueniquer et j’arrive à exploser la sauce balsamique sur mes vêtements propres (l’âge ne change donc rien à la boulette attitude). Nous faisons plusieurs arrêts sur la route découvrant plusieurs petites cascades et rivières.

En fin d’après-midi nous gagnons le Safari Camp, où nous avons réservé deux lits dans une tente. Nous sommes accueillis par un personnage atypique, un vrai homme de brousse pour qui les soins d’hygiène ne sont visiblement pas prioritaires. Il nous apprend qu’on a été surclassés, quand on voit où on aurait dû dormir initialement on pousse un ouf de soulagement. Ici la faune a pris le dessus sur les hommes, les animaux sont partout ! On se fait attaquer par une quinzaine de moustiques et alors que je soulève mon oreiller je fais connaissance avec deux énormes crapauds bien installés dans mon lit. C’en est trop ! Nous partons annuler la deuxième nuit et projetons de dormir dans la voiture. Après deux heures cloitrés dans la voiture nous étouffons, on tente de mettre la clim à plusieurs reprises mais c’est inefficace, dès qu’on ouvre une fenêtre des insectes plus étranges les uns que les autres surgissent. Nous finissons par regagner la tente après une fouille minutieuse des lieux. Nous dormons tous les deux dans le même lit de camp sur les draps avec la frontale à la main prêts à bondir en cas de bruits suspects. Au petit matin, le petit déjeuner à peine avalé, toujours sous l’attaque des moustiques nous observons un lézard dans la tente et un serpent derrière la poubelle. Nous achevons la découverte du parc dans la matinée et réservons un appartement avec piscine pour le dernier jour à Darwin histoire de finir l’Australie sur une note positive.

Ce soir nous prenons un vol pour l’Indonésie où nous retrouvons Nicolas (le frère d’Antoine), Hélène et Paul, c’est avec impatience que nous attendons ce moment.

Rédigé par Lucie

Publié dans #Australie

Repost 0
Commenter cet article